Les soins dentaires et la Sécurité sociale

 

Les prothèses dentaires partiellement ou complètement prises en charge

Les prothèses dentaires font partie des traitements pris en compte par la Sécurité sociale, mais leur couverture est limitée à une certaine proportion des frais engagés. Les patients doivent donc souvent débourser une somme pour bénéficier de ces soins. La sécurité sociale a établi une convention en 1983 qui a peu évolué depuis. Certaines prothèses ne sont reconnues que depuis quelques années. D’autres ne sont pas encore prises en compte. Les plus anciennes comme les dentiers figurent depuis toujours toutefois dans le tableau des actes reconnus par la sécurité sociale.
Parmi les prothèses partiellement remboursées, on retrouve :

  • les couronnes et bridges,
  • les appareils amovibles partiels,
  • les implants dentaires,
  • les céramiques et autres matériaux spécifiques.

Le taux variable de prise en charge

Pour chacun de ces éléments, le montant du remboursement dépendra notamment de la nature de l’acte réalisé, du tarif pratiqué par le praticien et de votre contrat d’assurance complémentaire, si vous en avez souscrit un. La note d’honoraires, comme le devis, viendra détailler en général ces différents aspects, à vous de bien vérifier les éléments remboursés et non-remboursés.

Les soins dentaires esthétiques non pris en charge

Les soins dit « esthétiques » concernent principalement :

  • les facettes dentaires,
  • le blanchiment des dents,
  • L’orthodontie adulte.

Ces soins ne sont pas considérés comme médicalement nécessaires par la Sécurité sociale, et ne font donc l’objet d’aucune prise en charge, quel que soit votre âge. Il est néanmoins possible de souscrire à une assurance complémentaire pour couvrir une partie de ces traitements, mais cela dépendra des contrats proposés par les différentes compagnies.

Les honoraires libres

Enfin, il est important de mentionner les honoraires libres pratiqués par les professionnels de santé. Ces derniers correspondent à un montant facturé aux cotés d’actes répondant au tarif conventionnel fixé par la Sécurité sociale.

Pour les actes répondant à ce type de tarification, le montant de ces honoraires sera à votre charge. La sécurité sociale pourra prendre en partie le remboursement de ceux ci. Certains contrats d’assurance complémentaire peuvent toutefois prendre en compte tout ou partie de ces frais supplémentaires.

Comment limiter les coûts non remboursés par la Sécurité sociale

  • Soigner sa prévention : Une bonne hygiène bucco-dentaire permet de réduire significativement les risques de problèmes dentaires. Adopter une routine de soins adaptée et consulter régulièrement un professionnel de santé contribue donc à limiter les dépenses.
  • Vérifier son contrat d’assurance complémentaire : Si vous êtes déjà couvert par une assurance complémentaire, prenez le temps de lire attentivement votre contrat afin de connaître les modalités de remboursement des soins dentaires non pris en charge par la Sécurité sociale.
  • Choisir l’option qui vous correspond : Selon le praticien et la situation financière du patient, il est possible d’exprimer votre besoin à votre professionnel de santé, qui saura vous orienter vers des solutions adaptées.

Les soins orthodontiques au-delà d’un certain âge

La Sécurité sociale prend généralement en charge une partie des traitements d’orthodontie pour les patients de moins de 16 ans. Toutefois, si vous souhaitez bénéficier de ce type de soins au-delà de cet âge, ils ne seront pas remboursés par la Sécurité sociale et resteront donc entièrement à votre charge. Certains contrats d’assurance complémentaire peuvent toutefois proposer un remboursement partiel dans ce cas précis.

Des coûts souvent élevés pour l’orthodontie adulte

L’orthodontie pour adulte représente un coût considérable, quelle que soit la nature du traitement. Les tarifs varient selon le praticien et les techniques utilisées (bagues invisibles, gouttières, etc.), mais il est rare que les remboursements issus de la Sécurité sociale suffisent à couvrir entièrement les frais engagés. Il existe néanmoins des solutions pour faciliter cet investissement, comme un échelonnement du paiement sur plusieurs années ou l’utilisation d’appareils moins onéreux.

En conclusion, même si certains soins dentaires ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale, cela ne signifie pas nécessairement que leur coût sera insurmontable. Il est important de prendre en compte ces éléments lors de vos démarches pour garantir un équilibre financier et mieux gérer les dépenses liées à la santé bucco-dentaire.